My Flesh's Nature

Peace in my Soul

The Face, of smallest Beings of Nature.
2019



 

Dans la série "My Flesh's Nature", il apparaît une démarche artistique et romantique explicitement revendiquée par la photographe Jennifer Orhélys, pour laquelle « la beauté vient avant tout » et qui la conduit à défendre une photographie comme Art à part entière, et d’un engagement inlassable en faveur de la protection de la nature. C'est simplement la conjonction du culte de l’art photographique et celui de la beauté naturelle se nourrissant l’un l’autre. Pour Jennifer, sa volonté est de cultiver une conception picturale, non-documentaire, de la photographie de l'autoportrait et de paysage. En effet, elle est accaparée par son action en faveur de la photographie « créative », en vivant l'émotion ressentie à travers les oeuvres des peintres romantiques et du photographe Alfred Stieglitz. Les photographies de Jennifer Orhélys résonnent l'une dans l'autre, suivant une association d'idées dans le but de raconter une histoire. Ici, tous les sens sont en éveil pour faire naître une émotion chez l'autre. Ce sont des photographies, dont le regard de la photographe est centré sur les lignes, la couleur, et la lumière. Par ailleurs, la série souligne l'extrême sensibilité de l'artiste, Jennifer Orhélys, lui donnant une parfaite conscience de son environnement. Dès que Jennifer entre dans un nouvel espace, elle est consciente des effets physiques et non physiques que l'espace à sur elle. Jennifer suppose qu'elle est peut être un peu hypersensible à ce sujet. Mais elle pense malgré tout que les spectateurs en ont conscience ... parce qu'ils sont eux même aussi affectés par leur environnement.

Capturer la beauté de la Création; explorer cette nature dans son apparence la plus simple. Cet univers fragile qui nécessite notre attention, qui plus est, peut ne pas être pris en compte par les puissants et puis malheureusement, avant d'avoir accordé la légitimité du monde vivant. Les choses, les éléments, les circonstances, apparamment des plus simple peuvent paraître aux yeux d'un artiste des plus attrayants au niveau sensoriel et émotionnel. Le regard du photographe se nourrit, en préférant montrer ce que nous ne voyions plus, avant d'être précipité dans des contradictions de conscience jusque-là oubliées, dénaturées voire occultées. Juste se pencher et observer, ce que la nature a encore à nous faire découvrir.

"Il faut distinguer le visuel, ce que voient nos yeux, du visible, ce que voit notre esprit."
- Evgen Bavcar, (aveugle, philosophe, et photographe). 

Dodho Magazine, 2019.
Wipplay, 2019.

• • •

Exhibitions:
"Botanicals", LightSpaceTime Gallery, 2019.


In "My Flesh's Nature", there is an explicitly claimed artistic and romantic approach, for which "beauty comes first" and which leads her to defend a photograph as an Art in its own right, and a tireless commitment to the protection of nature. It is simply the conjunction and worship of photographic art and that of natural beauty feeding each other. To Jennifer, her will is to cultivate a pictorial, no-documentary conception of self-portrait and landscape photography.  Indeed, she is monopolised by her action in favor of "creative" photography, inspired by the emotion felt through the romantic pictorial works among others and the photographer Alfred Stieglitz. These are photographs, whose eyes are focused on lines, colour, light and emotion. The series highlighting the extreme sensitivity of an Artist and that gives her an awareness of her environment. As soon as Jennifer Orhélys enter a new space, she is aware of the physical and non-physical effects space is having upon her. Jennifer thinks she can be a bit hyper-sensitive but, she does believe that whether viewers are aware of it... because they are affected too by their environment.

Capture the beauty of Creation; explore this nature in its simplest appearance. This fragile universe that requires our attention, moreover, may not be taken into account by the powerful and then, unfortunately, before having granted the legitimacy of the living world. Things, elements, circumstances, apparently the simplest can seem to the eyes of a most attractive artist at the sensory and emotional level. The photographer's gaze feeds, preferring to show what we no longer see, before being precipitated into contradictions of conscience previously forgotten, distorted or even obscured. Just lean over and watch, what nature still has to discover. 

"My oldest and most living children's memories are those of being perched in a tree or at the top of a fir in my garden. Little girl, I loved climbing trees and admiring the view from above, perhaps because it made me feel like an adventurer. Yes, that's it - being in a space that was out of the ordinary, and this feeling in adulthood allows me to free my imagination. I have an indescribable love when I am in nature. I observe it, and it's a pleasant sensation to be one with it. In my eyes, it's with joy that I create it in photography or even in storytelling. It's alive."
- Jennifer Orhélys.

Sold on: 
Fine Art America, 2019.

• • •

"Botanicals", special recognition, USA, 2019.




"Le soleil est merveilleux, la pluie rafraîchissante, le vent fortifiant. Il n’existe pas de mauvais temps, juste différentes sortes de beau temps." 

-John Ruskin



Je suis allée plus loin et j'ai vu...

Juste fermer les yeux et ressentir.


L’interaction avec la nature, que ce soit nourrir un oiseau, caresser un chat ou se promener à la campagne, contribue à nous rendre plus heureux.


 


Using Format