My Word's Memory

2000-2018


"We don't become a poet, we suddenly discover that we are."

"We can not create emotions if we don't have lived."
Jennifer Orhélys

***

Hesa Print Magazine.
POV, The LOVe Issue.
POV, The Modern Life.


"My poems find echoes through my life, experiences, what I dream, what I hope and believe. I have always been watching the world, and I am like a sponge while exploring the different facets of my personality, sincerity, rebellious, human with different flavours and heavenly.  I like to write as much as to photograph; that's why nature strongly imaged in my poems. Reverie, hope, images, love, sometimes melancholy have been recurring themes for many years. But, I tend towards peace, and the desire to bring emotion at least I hope positively."



 

 

Bird,

Panic thought, in circular hormone,
Trachea,
Trench.
Breathe, beyond the words,
Think, hope.
Know, the love of beings,
Supremacy,
Of every.
To be crumbling around me,
Roll, roll,
Crush, in the midle morning,
Light leaf,
Flies,
Whithers,
My reverence, while waiting,
Your Kiss.
I feel under your skin,
Teeming with your tears,
and tears.
I fly,
I m escaping,
In the light of twilight,
Effortlessly tending,
Belly to belly, part two,
Tango sovereign,
Icy abyss,
I love you.
Insignifiant thoughts,
Disturbed.
The sun shines,
light in,
Quadrille,
Quadrille, the beauty of
Your deep black.
Behind the vines,
Behind the world,
all rebound,
absolute desire,
feel you,
At hand,
The End.

Aqua Hypnotica,

Everything shines. 

The mirror of the immense reflection on the water - blows in the green leaves of this old tree.

The sweet grass under my hands,
Sovereign laughter.

Time surely plays tricks - eyes open on the drops, the drops of your fingers falling one by one my marble eyelids.

Luminescence, and millions of small crystals rolling on this soft and fresh skin, without the trouble of the dry season.

Aqua Hypnotica, we will shine like an explosion.

I shiver vainly, in suspension. 

Time undoubtedly plays tricks - eyes open on the drops, the drops of your cheeks.

The warm wind breathes the foliage, roses, red and white. By this sweetness of living my mind escapes.

Time undoubtedly plays tricks on me.

Aqua Hypnotica, we willl shine like an explosion. 

This ultimate tenderness, fitting of the film, will long used. Shine the emerald of the immense parade. 

Breathe, in the yellow leaves of the old tree.

Aqua Hypnotica, we will shine like an explosion.

Magnetic,

My face is white magnetic.

Quiet, small and delicate breathing,

in all safety.

A fragile swing.

The black is enough for me,

The moon shines.

Sucked, by kind, prolific grace,

From a dusty presence,

Like a gentleness,

Caress,

And ice my blood.

The great whole is written to feel,

The lively feeling,

Where the light of the storm rushes,

With lightness,

In my capricious soul,

Distant and tired.

Some laugh, some pray,

Whose destiny is to believe,

has deep and rich elsewhere,

of

Children of the Stars.

*    *    *

Eprise de liberté,

Au loin, oh, parfums lointains,
Mon coeur t'appartient,
Triste contrée, profanée,
Où rebondit l'herbe et les fleurs fanées,
La larme ricoche sur ton beau ruisseau,
Libre comme l'aigle des hautes Montagnes,
Planant au dessus des rivières,
Le fusil planté, dans ses saveurs amères
Le sourire volé à ces tristes mères.
Le goût ne suffit plus, à faire trembler
La douce couurbure, des anneaux de Tes yeux,
Blafarde et bavarde.
Paix et joie, rime et s'affirme,
Loin de mon ardeur, la musique s'évade,
Au delà, au delà, des saisons douces et étranges.
Le goût me manque, le salé me hante.
Plantureuse fleur vénéneuse,
Qui s'enroule autour de mon bras,
L'air me suffit,
L'eau triche sur ces rives,
Planquée parmi ces libellules.
L'ombre de la morsure,
D'une moissisure déchirant la langue,
De ma patrie, larme de mon coeur,
Rien ne disparaît, rien n'apparaît,
L'esprit, se consume dans ce breuvage.
Avantage, de la chance, magie de ces Pays lointains,
Qui hante mon coeur et mon âme,
Loin d'ici, les larmes ou appelées, Comme une douce et fine tirade,
Tranquille,
Petit ange.

Postulat pour la paix,

La douleur change de couleur, suivant la nature des sentiments,
Pourquoi partir maintenant,
A l'heure du coucher,
A l'heure du lever,
Orange, rouge et gris.
Pour voir la couleur de tes yeux,
Qui change avec le temps,
Un postulat au nom de la paix,
Un postulat pour la vie.
Que dois je croire?
Moi, misérable et pauvre homme,
Qui court sur le duvet du midi,
Soleil à l'Ouest,
Soleil à l'Est,
Qui aurait pu s'imaginer,
Que le rêve devient réalité.
Les grands rois s'endorment,
Dans le firmament des étoiles, vagabondes.
Qui dois je croire?
Peut être le fait de ne rien savoir,
permettera au pauvre homme que je suis, de partir loin d'ici, derrière les nuages,
Il y a la vie,
Derrière la pluie,
Il y a Dieu,
Crois moi si tu veux me voir,
Crois moi si tu veux m'entendre,
Postulat pour la paix,
Postulat pur la vérité.
La nuit s'efface, petit à petit,
Regarde moi si tu veux croire!
Ecoute moi si tu veux me voir!


Le petit Roi,

Je ricoche sur la paume de tes mains,
couverte de sang et de suies.
Où sont toutes les raisons, qui te suivent.
J'ai beau regarder dans mes mains,
La journée paraît longue,
Loin de toi,
Comme un Roi.
Dans tes aspects langoureux,
Vivre des petits jours heureux,
Et puis s'en vont.
Les riches te saluent,
loin sans fautes,
Les regarder partir dans l'attente,
des nuits, sans orages,
des jours, sans mélange.
Corps à corps avec le temps,
qui s'écroule, dans le creux de tes plis.
Encore une chance,
Rien ne s'échappe de terre,
Mère,
Loin, d'être une faute de ta soeur.
Une idée comme ça,
Rire de vos erreurs,
Pleurer de vos grandeurs,
Je nie de comprendre.
Ce qu'il ne veut pas montrer à tout prix.

*    *    *

R-Evolution

Dust of snow in the spring hours, 
A laugh, 
Words thrown,
On the fly, 
Spinning English, 
Spicy mint sauce with water,
Oh ! 
The sky roars, 
With significant blows of tons of air, 
Butterflies gold, 
And already,
Cling to my brown curls, 
To perfect me, 
Far from here,
And, 
Finish the circus glacier.

Star-Skin

A flower of skin, 

A flower of the water, 

In parade ice,

Eh! The skin of sorrows, 

Small seeds of grain, 

Throwing the skin of the bear on the 

petals, 

No trace of the nets of stars, 

Which immunize the sky, 

With the eternal beverages,

Sliding along the cold sweats, 

To split the flower of the reasons.

The Time get away for good,

The world,

is only sand,

From which flows the amphora, 

Nausea, 

Time passes and leaves, 

All traces of soot on the faces, 

The low shots have only flaws,

 Its unknown eye.




*    *    *

L'Ini-Machinable,

Dans un parfait engrenage, rotators continuels,
L'huile frappe, les rouages habituels,
Dans la démarche méprisante,
Toutes les secondes s'enfuient, sans compassion.
Elle sort ses griffes, culture asphyxiante,
Sans aucune réserve d'humanité, et, de chaleur,
Humaine, à tort, d'inconscience pudeur,
et, d'aucune autre satisfaction.
Les vertébres en rotation, de petites délations,
Le Tic-Tac intrusif, de cette machine à réaction,
Petit moteur à explosion, synaptiques autosuffisant,
qui crache ses dernières gouttes de sang,
L'âme électrique, délaisse ce monde statique,
Erratiques, petites pièces métalliques,
Tout en répétant le signifiant,
"Change toi-même, si tu veux changer ce monde."


11H30,

Je vois des demi-lunes,

Qui ricochent, sur le vent solitaire,

comme des dés en l'air,

J'ai beau dire et faire,

Mais tout s'en va,

Quand l'eau arrache la peau du sel,

Voilà, la Terre parmi les hirondelles,

Le ciel et les étoiles,

Et nous pauvres cons, marchons à l'envers,

La marche des fourmis soit-médisante,

Sur l'ombrelle du destin,

en main,

Vraiment?


La Terre et des Hommes,

Dans un balancement,
La Terre,
D'une source continuelle,
Brise glace,
Vapeur acoustique,
Cylindrique.
Dans une tendance de nos jours, de ne plus croire.
Chers, que dois-je faire?
Amour, amour,
Aimable.
Pour revoir ton sourire,
Blancheur immaculée,
D'outre tombe, peut être,
sans grande confrontation,
morbide.
Vivre, vivre,
Aujourd hui et plus hier,
Eponge, éponge,
La souffrance.
Partir, partir,
langueur frappe à ta porte,
Patiience, patience,
Trois petits tours, et puis s'en vont.
D'un coup de sang,
Qui fait ta force, à travers, 
l'âge.

*    *    *

The Heavens,

Atone and staring at the heavens,

For an answer bitter, and too much regular, to believe in oneself. 

Depositing at the feet of the colossus, the arms, to presume gently, 

The tears of the sun. 

Mothering, the white hair of angel, grimed and wild. 

Born with this fear of living much more than that of dying. 

And in this derisory vision,

The Light was. 

Then comes the caress of an evening, lying in the dark, sweeping all certainties, so-called electric waves. 

With a hand, reducing to nothing, the bottom blade, 

and all largesse of a deprogrammed end.

A well-kept dungeon, 

An old soul, offered itself to the mirror, for a young mind. 

In a tiresome imposture, casually, a temptation defended, tormenting defences.

In a pariah, she blew, the heart opened by a blast, reaction. 

Hands are thinking thoughts, unbearable daytime pain from a fraternity in ruins. 

The door slammed shut, from the defending tower, a caress gently moved away, 

the thought flower, stole its apophthegms, swirling unequivocally above. 

From his head, course shine in a cavalcade of an ideal. 

The azure blue eyes, filled with purple colour, paradise overseas, were said in a descent of the bed — the corollary movement, of a black rose. 

Of the morning, they have passed, blue and primary green, 

So that the life murmurs, 

Once again.

The Heart,

To tear the heart, on the pique of the clouds, 

Evolution, demolition.

I look at the world through your eyes. 

Tournament of conjunctures, aphrodisiac.

Tell me your lives. 

To pass to say nothing of others. 

A small step, or two, 

Without you, 

How do you say,

The harm it does,

To wait for the sky, to pass 

Without you.

*    *    *

O,

O joie, O peine,
Que ton âme sommeille,
Suspendue dans les airs,
Qui n'a jamais son pareil,
O même.
Charriant les racines austères,
Prés lassent,
D'ordinaire.
Cramoisie des leçons basses,
Sans aucune apparition.
Distante de toute concession,
Effets notoires,
Subsidiaires,
Voire, hélas incendiaires.
O joie, O peine,
Que ton âme sommeille,
Suspendue dans les airs,
Qui n'a jamais son pareil,
O m'aime.

Divine Comédie,

Le chevalier exulte, la parade de la vie,
Est-ce une délivrance,
Juste une petite espérance,
Quand les nues et, sont ardentes.
Défileront, peut être dans l'enfer de Dante.
Suis-je encore là,
L'Homme, respire et désespére, pour se débattre,
Contre ses propres et tristes centres.
La lumière noire, ensorcelle,
Nos pauvres paupières,
Comme un chat de gouttière,
J'ai de l'espoir.
Et, s'enfuir dès ce soir.
Mais les lierres s'étirent, doucement sur mes chevilles,
Et m'enserrent les poignets,
comme un cri perdu, sommeille,
Perdure l'espoir.
Bien que s'en s'apercevoir,
Que chacun, se crée son ciel et purgatoire,
Par la manière dont l'être,
Pense, sent et croit.

Les rats,

Les rats n'ont aucun amour-propre,
Ils ne s'égosillent pas,
Comme d'une main de maître.
Les rats dévastent les coeurs de toutes, noblesses.
Aucun comportement ne permet,
D'éluder toutes attaques.
Tu m'as fait promettre sur ton lit,
De garder mon sang bleu,
Des rois et les vaincus,
Mais ne deviens pas comme eux.
Les rats grattent, et n'ont pas conscience,
Du mauvais Etât d'esprit,
Où avec effroi,
Je les regarde se former,
De bassesses et de tyrannie.
Les rats ne prient pas le retour de leurs,
Enfants, malheureux.
Tu ne veux pas de ce monde,
Funeste et sans odeurs,
Rire,
Se fait rare,
de ces tristes sorts et boules à facettes,
Avec de brillantes fossettes,
Mais ne me réclament pas les rats, 
que mon chat ne mange pas.

*    *    *

So Sorry,

Tu m'as oublié,
Déraisonnable paresse,
Esquisse tendresse,
Les gouttes d'eau,
Goutte à goutte,
Une eau tiéde,
S'enrichit, d'une superbe absence.
Tu ne me vois pas,
Automate flexible,
Dans la gorge céleste,
D'apparition transitoire,
Qui avoue ses torts.
Tordre de rire,
Le ciel va peut être me nuire.
Une trace sur le sable,
Et même là,
La lave, se cristallise,
le coeur chaud,
désir maladroit,
sac de billes,
transition, tranquille.

TOI,

Le soleil acajou rime avec l'espoir des grands horizons,
Perdus,
Dans l'immensité de la mer, loin des apparentes,
Concentration, illusoire, partant en ruine,
Ancestrales, qui partent à travers moi,
Le monde des lendemains, fait de passions et d'incertitudes, calment ma ferveur.
Claustrophobie de la terre du milieu,
Rougeâtre et ancestrale,
Australe.
Austérité, paniquante et piquante,
L'espoir des lendemains,
L'espoir de l'espérance verte et grisâtre,
Couleur café et riche en goût des hauteurs,
Lointaines,
Lointaines, Africaines,
Affirmante et joyeuse,
Toujours la musique froide aux passions,
A la chaleur, des voix de mes ancêtres,
Australes,
Toujours,
Toujours!

Images noires,

Fleurs d'image noire,
Couleur frissonnante,
Violet,
Violet,
Rime avec le change,
de notre société,
Nourrissante et pourrissante.
On a beau inspirer,
Mais laissez-nous respirer,
Enfin.
On a faim de connaissances,
et de pouvoir.
Connaissance absurde,
Absurdité de la vie,
Cette vie qui m'abandonne ,
dans ces cv, riches,
En absence,
En absence, de couleurs.
Où est la vie,
Où est la paix,
Guerre,
Guerre,
Ouais, c'est ce que vous voulez.
La paix,
mais qui veut la paix,
Quand bons riment avec néant.
De la musique,
Pour croire,
Du sang,
pour vouloir,
De la vitesse pour ne pas oublier,
Que l'on est vivant.
Nous sommes que des images noires.

 

Je suis le Roi du Soleil,

Je Louis dans le noir.
Partout sans savoir,
Tout le monde, se plie.
Par delà, le cri,
D'un enfant, où la larme,
Coula,
Où tous les êtres des Univers,
Baissa la tête, de désespoir.
La promesse, d'un enfant-roi,
divin, solaire,
De brûler la Terre,
Des hommes.
Passe le trépas,
car la pluie reviendra,
en fin.

Using Format